Arnaud Clément - Le Blog

Bienvenue sur cet espace de dialogue consacré à Châteauroux, à la culture et à tous les sujets d'actualité.

Jean Sarkozy : "Merci mon Papa Président !"

Publié par Arnaud Clément sur 15 Octobre 2009, 19:02pm

Catégories : #Politique

   Je ne me suis pas encore exprimé sur la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD, l'Etablissement Public d'Aménagement de la Défense. Pour être très clair, cela représente probablement pour moi, le scandale le plus écoeurant, depuis le début du quinquennat du Chef de l'Etat. Comme de nombreux Français que je croise tous les jours, ce qui n'est pas une simple polémique, comme certains souhaiteraient le faire croire, mais véritablement une affaire d'Etat me scandalise profondément. Et quand je vois des godillots de l'UMP, essayer maladroitement de justifier l'injustifiable, je suis d'autant plus indigné. Et vraiment, dans un moment comme celui-là, je ne regrette pas le choix qui a été le mien il y a un an maintenant, de quitter l'UMP. Je sais qu'après ce scandale, d'autres départs suivront.

   Je reviendrai sur ce sujet prochainement, car il mérite qu'on s'y arrête ; mais aujoud'hui, quand Nicolas Sarkozy, s'exprimant dans Le Figaro explique qu'il ne "s'agit donc pas de népotisme", comment ne pas voir que le Président de la République ment aux Français. A cet égard, l'article d'Hervé Nathan, sur le site Marianne2, est éloquent.

   Morceaux choisis : "Le Président de la République s'est démené pour permettre à son fiston d'occuper la présidence de l'EPAD. Et ce à au moins trois reprises :

   Pendant l'été, l'Elysée retoque un projet de décret levant la limite d'âge fixée à 65 ans pour la présidence de l’EPAD, condamnant Patrick Devedjian, Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine à quitter le poste dans les mois qui suivent (il atteint ladite limite le 26 août). L’Elysée contredit ainsi Matignon, qui avait donné son accord sur ce point. [...]

   Patrick Devedjian, qui a accepté sa défaite, refuse néanmoins de démissionner du conseil d’administration. Or pour être président de l’Epad, il faut d’abord en être administrateur. Le Président de la République s’est donc occupé de la personnalité qui aurait pu légitimement remplacer Devedjian à  la tête de l’EPAD : Hervé Marseille, Conseiller Général UMP. Celui-ci obtient la promesse d’une place (modeste) de membre du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), la « troisième assemblée de la République », et démissionne fin septembre de son poste d’administrateur. Les mauvaises langues assurent même qu’une place de sénateur l’attendrait en 2011. Il ne reste alors plus à Jean Sarkozy qu’à réunir, le 7 octobre, le groupe UMP des Hauts-de-Seine en l’absence de Devedjian parti pour Dubaï « vendre » la Défense aux investisseurs arabes, se faire désigner comme candidat du parti présidentiel (facile: il n'y a pas de concurrent). Il lui faudra encore le 23 octobre se faire élire par le Conseil Général au grand complet. Une formalité.

   Dans les Hauts-de-Seine, l’opération « Un duché pour Jean 1er » ne fait pas que des heureux. Deux personnages importants se font tirer l’oreille : la maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynault et le maire de Courbevoie, Charles Kossowski. Les deux édiles, membres de droit du Conseil d'administration de l’EPAD puisque la Défense est située sur le territoire des deux villes, sont en plus très remontés contre la manière dont le gouvernement a prévu de constituer le futur établissement de la Grande Défense, en mettant la main sur la moitié de la superficie de Nanterre. Puteaux et Courbevoie trouvent que l’on donne trop de pouvoir au maire communiste Patrick Jarry. Ils sont convoqués le 19 septembre pour un coup de sermon personnel de Nicolas Sarkozy. Le lendemain, dimanche 20 septembre, c’est Claude Guéant qui est chargé de passer la deuxième couche. Jean Sarkozy est présent aux côtés du Secrétaire général de l’Elysée. Il est donc déjà désigné par la présidence de la République comme le patron de la Défense. [...]"

   Du népotisme qui ne favorisera pas la réconciliation entre les Français et les hommes politiques. Heureusement, parmi ces derniers, tous ne s'appellent pas Sarkozy !

Commenter cet article

ccmt50 16/10/2009 13:15


Il paraît qu'il est très "brillant" ce garçon ! Ah bon !... En seconde année de droit à 23 ans... Je connais des jeunesnettement plus brillants  !! Pas vous ????   lol
Bonne journée


Arnaud Clément 16/10/2009 18:02


Bonne journée !


Olivier P 16/10/2009 09:16


Comme je le disais chez Falconhill, c'est  l'énormité de la bourde du Président qui me  surprend, surtout pour quelqu'un q'on dit fin stratège


Arnaud Clément 16/10/2009 09:36



Stratégie à revoir...
Bonne journée !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents